Ne laissez pas le grain se gaspiller: 10 conseils pour l’entreposage à long terme

La plupart des agriculteurs vous diront que la récolte est l'une des meilleures périodes de l'année. Rien n'apporte un sentiment de satisfaction aussi agréable que de regarder la batteuse se remplir du fruit de leur labeur. Pendant cette période de « célébration de la récolte », il peut être facile de penser que tout le travail est fait. Cependant, lorsqu'il s'agit de maintenir la qualité du grain après la récolte, le travail n'a même pas encore commencé.

Les innovations dans la construction d'installations d’entreposage, ainsi que la recherche liée à la technologie d'aération ont considérablement amélioré la qualité du grain entreposé. Cependant, certains des facteurs de qualité du grain les plus importants échappent au contrôle des meilleures considérations d’entreposage. Les pluies excessives, le manque de pluie, la faible fertilité et les dégâts causés par les ravageurs font partie des nombreux problèmes que les acheteurs de céréales « héritent » et sont forcés de gérer.

Grain piles

Les conditions de croissance, du moment où les cultures sont plantées jusqu'à la maturation, peuvent souvent influer sur la qualité du grain. Là où le grain est cultivé, les pratiques de travail du sol et les conditions météorologiques locales ont toutes une incidence sur la croissance de la plante et, en définitive, sur la qualité du grain. Les pratiques agronomiques et l’impact des contaminants sur la surface du sol ont des conséquences sur le grain.1 Des pratiques de travail du sol réduites laissent des déchets à la surface du sol, ce qui est bon pour la qualité du sol, mais les moisissures, les levures et d’autres micro-organismes présents dans les résidus peuvent avoir un impact important sur la qualité de la récolte. Une fois introduites dans les installations d’entreposage, ces spores de moisissure peuvent réduire la valeur nutritionnelle du grain et avoir une incidence sur les niveaux de vitamines et de minéraux contenus dans le grain.

Il est important de se rappeler qu'une fois le grain atteint par la moisissure, nous ne pouvons rien faire en entreposage pour améliorer sa qualité. Comme mentionné précédemment, la croissance de moisissures réduit la concentration d'énergie du grain en consommant ses nutriments. Certaines espèces de moisissures peuvent également produire des substances chimiques défensifs appelées mycotoxines. Ces mycotoxines ont un impact significatif sur les performances et la reproduction du bétail. Le séchage des grains jusqu'à une teneur en eau inférieure à 13% aide à réduire le risque de formation de moisissure. Toutefois, l'aération de la masse des grains est d'une importance capitale. Il ne faut pas oublier que les grains entreposés à long terme sont sujets à la migration d'humidité.2 Au fil du temps, le chauffage des silos à grains fait remonter l'humidité dans la masse de grains. Une fois que l'humidité atteint le sommet du grain, sa concentration conduit à des points chauds propices à la croissance de moisissures et de levures sauvages. Quiconque a nettoyé un silo à grains connaît bien les "mottes de maïs" trouvées le long des côtés des bacs et sur le dessus de la masse de grain. Une bonne aération peut empêcher une grande partie de cette migration d'humidité.

Les parasites sont une autre préoccupation dans l'entreposage. Au Canada, nous avons la chance de disposer d’une grande variété de pesticides pour lutter contre les parasites nuisibles à la rentabilité. Le problème est que nous n’utilisons pas toujours le bon pesticide pour lutter contre les parasites présents. Les dommages causés par les ravageurs sur le terrain sont indépendants de la volonté des producteurs de bétail. Cependant, avant l'entreposage du grain, l'application d'un pesticide à large spectre peut prévenir les dommages associés à bon nombre de ces insectes.

Qu'est-ce qu'un producteur de céréales ou un producteur de bétail peut faire pour s'assurer que la récolte de céréales entreposée est de la meilleure qualité possible? Les principales recommandations incluent3:

  1. Éliminez complètement tout le grain et les moisissures résiduels des installations d’entreposage avant d'introduire un nouveau grain dans l'installation.

  2. Une fois que l'installation est prête à recevoir du grain, envisagez d'appliquer des pesticides, des acaricides ou des fongicides pour réduire la croissance de ces parasites.

  3. Appliquez un mélange d'acides organiques au grain pour empêcher la croissance de moisissures et de levures sauvages.

  4. Vérifiez le grain au moins toutes les deux semaines jusqu'à son refroidissement pour l'entreposage hivernal et toutes les deux à quatre semaines en hiver.

  5. Vérifiez que la teneur en humidité est au niveau recommandé selon la durée d’entreposage.

  6. Vérifiez la température du grain.

  7. Inspecter pour valider la présence d'insectes.

  8. Rechercher des indices de problèmes d'entreposage tels que la condensation sur le toit.

  9. N'entreposez que les grains dont l'humidité est inférieure à 13%.

  10. Planifiez les heures d'aération pour communiquer le calendrier à tous les employés afin de vous assurer que la migration de l'humidité est atténuée.

 

Étant donné qu'une grande partie de la chaîne d'approvisionnement échappe au contrôle des producteurs de bétail et de volaille, une stratégie commune consiste à appliquer un mélange d'acides organiques à tous les grains à leur arrivée à l'installation. En règle générale, les acides appliqués aux céréales en tant qu'agents de conservation sont les acides propionique, acétique ou une combinaison des deux. L'acide propionique est devenu l'acide dominant utilisé pour le traitement commercial du grain.4 Il a été prouvé que le traitement du grain avec un mélange d'acides organiques tamponnés réduisait la croissance des moisissures et des levures sauvages, préservant ainsi la qualité du grain jusqu'à ce que celui-ci serve à l'alimentation du bétail.

Le grain est l'ingrédient le plus cher dans la plupart des formulations d'aliments. Une manipulation correcte du grain, de la récolte à la consommation finale par l'animal, peut aider les producteurs de bétail et de volaille à optimiser leur croissance et leur reproduction. La chaîne d’approvisionnement d’aujourd’hui est pleine de possibilités de nuire à la qualité du grain. Cependant, avec des considérations de gestion et d’entreposage appropriés, le grain peut maintenir une qualité alimentaire optimale d'une récolte à l'autre.

 

Références

1Woniak, A., M. Weso?owski, and M. Soroka. 2015. Effect of Long-term Reduced Tillage on Grain Yield, Grain Quality and Weed Infestation of Spring Wheat. Journal of Agricultural Science and Technology. 17:899-908.
2Tablot, M. T. Moisture Migration in Storage Grains. University of Florida IFAS Extension Publication CIR673. Accesses on February 2, 2018, at http://ufdcimages.uflib.ufl.edu:60080/c501e678815bea981ce49b3b729afc650b3ca58c/613a8cb1-b8f6-bfab-8420-270abdfa70b8/tap2_2YueMO.
3North Dakota State University News Release. 2016. Long-term Grain Storage Requires Good Management. Access on January 18, 2018, at https://cropwatch.unl.edu/grain-storage-management.
4Loewer, O. J., D. G. Overhults, and H. E. Hamilton. Chemical Preservation of Grain. University of Kentucky Extension Publication AEN-21. Access on January 18, 2018, at https://www.uky.edu/bae/sites/www.uky.edu.bae/files/AEN-21.pdf.

Vous avez une question?

Si vous avez une question concernant nos produits et services ou si vous désirez davantage d’information, complétez le formulaire ci-dessous et un membre de notre équipe vous contactera.