Combattre une maladie porcine coûteuse

Depuis près d'un siècle, la dysenterie porcine est à l'origine de pertes économiques considérables pour les producteurs de porcs du monde entier. Bien que les producteurs disposent aujourd'hui de mesures de contrôle éprouvées, elles peuvent être extrêmement coûteuses.

Les antibiotiques offrent une certaine protection contre la maladie bactérienne, mais les périodes de retrait requises font en sorte qu’il est difficile de compter sur eux pour un contrôle cohérent. De plus, un programme antibiotique approfondi peut coûter cher. Il est important d'isoler les animaux infectés, de modifier les calendriers de production et de nettoyer soigneusement les installations pour arrêter la propagation de la dysenterie porcine. Avec les calendriers de production d'aujourd'hui, la logistique de l'isolement des animaux et le retard du repeuplement des exploitations agricoles coûtent cher et sont pratiquement impossibles pour de nombreuses opérations.

À propos de la maladie

La dysenterie porcine, ou colite spirochaétale, a été signalée pour la première fois en 1921. La racine de la maladie est demeurée inconnue durant 50 ans jusqu'à ce que les chercheurs découvrent qu'elle est causée par l'agent bactérien Brachyspira hyodysenteriae. Les données indiquent que la maladie peut causer jusqu'à 236 millions de dollars de dommages économiques au troupeau porcin américain chaque année.

« La dysenterie porcine se transmet assez facilement d'un animal à l'autre. Elle provoque davantage la morbidité que la mortalité. Vous pouvez avoir une certaine mortalité, mais la morbidité est un problème parce que les animaux ne grandiront pas comme ils le devraient », selon Ana Lucia de Souza, responsable du service technique de Kemin. « Dans une porcherie, vous verrez des porcs infectés deux fois plus petits que les animaux normaux, et les animaux infectés auront la diarrhée avec du sang dedans. »

« Bien que les porcs (généralement âgés de trois semaines ou plus) soient les seuls à devenir symptomatiques de la maladie, les rats, les souris, les chiens, les oiseaux et les mouches - tous des habitants communs des grandes exploitations porcines d'aujourd'hui - sont également des hôtes potentiels du pathogène qui provoque la maladie Elle peut également survivre jusqu'à 18 jours dans le sol ou 60 jours dans un approvisionnement en eau. Les truies infectées peuvent ne pas devenir symptomatiques, mais peuvent transmettre le pathogène - et les symptômes qui en résultent - aux porcelets. Au total, la facilité de transmission et les multiples possibilités d'accueil dans une ferme rendent la dysenterie porcine difficile à contrôler, en particulier chez les animaux plus gros, comme dans une porcherie de finition.

« Toute matière organique entraînera une prolifération. En plus du contact entre animaux, qui est une cause de prolifération, la maladie restera également dans toute matière organique à la ferme - les matières fécales et la saleté sur le sol et laissées sous les lattes auront la maladie, elles seront dans la fosse et chez les rongeurs autour de la ferme », a déclaré de Souza. « Une fois que vous avez la maladie, il peut être difficile de vous en débarrasser. Dès que vous pouvez vous en débarrasser et nettoyer la ferme, tout va bien. Mais elle peut réapparaître avec n'importe quel animal infecté. »

Contrôler la dysenterie porcine

Les premières options de traitement de la dysenterie porcine étaient en grande partie composées d'arsenic organiques et, plus tard, d'antibiotiques. Bien que beaucoup plus efficaces pour contrôler la maladie, cette dernière option n'est pas aussi viable qu'elle l’était autrefois en raison des délais de sevrage des antibiotiques en raison de préoccupations sur la résistance et la santé générale des animaux et des consommateurs.

Le traitement de la dysenterie porcine a des implications considérables pour les producteurs, qu'il s'agisse du coût, de la distribution et de la gestion des traitements antibiotiques ou de la gestion logistique du troupeau pour prévenir la prolifération de la dysenterie porcine. Bien que de Souza ait déclaré que les antibiotiques comme Denagard® - un additif alimentaire courant - ont un prix plus bas que le coût pour prendre des mesures de gestion plus complètes, l'utilisation d'un tel traitement a des implications qui lui sont propres, la principale d'entre elles étant le contrôle croissant de l’utilisation de ces produits chez les animaux d'élevage comme les porcs.

« À des doses élevées, des produits comme ceux-ci sont extrêmement coûteux, mais sont encore moins chers que le dépeuplement d'une ferme. Par contre, vous devez avoir une meunerie qui peut gérer le type d'aliment actuel et un type d'aliment supplémentaire pour inclure l'antibiotique », a déclaré de Souza. «Beaucoup de nutritionnistes à qui je parle aujourd'hui réfléchissent toujours à la rentabilité de ces types de traitements. Cependant, cela peut créer d'autres problèmes si votre système d'alimentation ne permet pas cette alimentation supplémentaire pour administrer le traitement. »

Certains traitements médicaux, demandent aussi des délais d'attente. De nombreux médicaments ne peuvent pas être administrés dans un certain délai menant au traitement d’un animal, ce qui peut parfois laisser la fenêtre ouverte pour une infection non traitée. Les périodes de retrait ont des implications de gestion importantes pour les producteurs utilisant des antibiotiques comme principale mesure de contrôle des maladies.

La depopulation comme mesure de contrôle

L'autre option pour traiter la dysenterie porcine est le dépeuplement général et l'élimination de tout le matériel hôte potentiel dans une ferme. Ce processus peut être coûteux, long et difficile compte tenu du nombre de matériels hôtes et d'animaux différents présents dans une ferme porcine.

Le processus de dépopulation typique pour contrôler la dysenterie porcine dans une ferme porcine dure entre 10 et 16 semaines. C’est long dans la production porcine. Vous allez vider la ferme, la nettoyer et ramener les porcs par la suite dans l'espoir que la maladie ne revienne pas. La dépopulation aide à contenir la maladie, mais elle n'est pas infaillible », a déclaré de Souza. « Même si vous traitez avec des antibiotiques, vous devez retirer autant de matière organique que possible, ce qui est assez difficile. Après cela, certaines personnes mettront le feu à l'environnement ou blanchiront l'intérieur des bâtiments avec de la chaux et de l'eau. Cela fonctionne très bien, mais vous devez laisser sécher complètement avant de ramener les porcs. »

L'arrêt de la production dans une porcherie, par exemple, peut mettre un segment considérable d'une ferme porcine hors production pendant une période pouvant aller jusqu'à quatre mois, une interruption qui n'est pas pratique pour de nombreux producteurs. La bonne solution - généralement une combinaison de différentes tactiques comme celles-ci - dépend des installations, des systèmes d'alimentation, de la taille globale et de la situation financière d'une opération. Cela exige également un bon état d'esprit parmi les producteurs et les gestionnaires de troupeaux, ce qui peut être un obstacle aussi important que la maladie elle-même.

« Lorsque vous entrez et voyez la lutte contre la maladie comme un coût et non comme un investissement dans votre opération, vous ne pensez parfois pas en termes de prévention et adoptez plutôt une approche "ne faisons rien et voyons ce qui se passe", dit de Souza. « Vous devez comprendre que vous ajoutez de la valeur à votre système de production qui contrôlera quelque chose qui autrement entraînerait des pertes importantes. Mais, parfois, les jalons commerciaux et les indicateurs de performance sont mesurés de différentes manières. Si vos indicateurs de performance clés mettent l'accent sur autre chose, vous pouvez parfois empêcher par inadvertance de bonnes choses de se produire. Vous voulez considérer le contrôle de la dysenterie porcine comme quelque chose qui améliorera votre entreprise. »

Solution potentielle d’acidification

L'acide formique a été utilisé pour contrôler certains ravageurs et infections bactériennes ces dernières années à travers le monde. L'acide s'est révélé toxique pour les œufs d'organismes nuisibles comme l'acarien Varroa, qui est à l'origine du déclin des populations d'abeilles en Amérique du Nord. Un acidifiant, l'acide formique, s'est également révélé efficace pour gérer la dysenterie porcine et améliorer la santé intestinale en créant une activité antimicrobienne toxique pour la maladie à ses points d'origine les plus courants.

Les molécules de l'agent bactérien qui cause la dysenterie porcine sont encapsulées par une membrane muqueuse qui les rend imperméables aux dommages ou à la dégradation des acides gastriques, de sorte qu'elles passent plus facilement à travers l'estomac d'un animal et dans le gros intestin. L'apport d'acide formique à travers le système digestif jusqu'à ce moment contribue à le rendre inhospitalier pour les bactéries, soit en le tuant, soit en l'expulsant de l'intestin.

« Je pense que l'acide formique peut être utilisé lorsque les animaux passent d'une pouponnière à une porcherie de finition. À ce stade, ils ne sont plus petits, mais ils font face à beaucoup de stress dans le transport, à une gestion différente et à des problèmes potentiels de santé intestinale », a déclaré de Souza. « L'attention générale à la santé intestinale des producteurs continuera de croître au cours des deux prochaines années. Il y a une compréhension croissante de la façon dont la maladie et le stress contribuent aux problèmes de santé intestinale, et de nouveaux produits peuvent aider à ouvrir la porte à une meilleure gestion de ces problèmes grâce à l'acidification des aliments. »

 

Denagard® is a registered trademark of Elanco Tiergesundheit AG.

Vous avez une question?

Si vous avez une question concernant nos produits et services ou si vous désirez davantage d’information, complétez le formulaire ci-dessous et un membre de notre équipe vous contactera.