Vous êtes au Canada

KemTRACE® Chromium: Le Stress Thermique

Le stress thermique peut compromettre la performance d'une vache en lactation de plusieurs façons, dont par une diminution de la consommation, une modification du métabolisme, une réduction de la production laitière, une altration des performances de reproduction et une augmentation des risques de maladie.1,2,3 Au Canada, le stress thermique peut entrainer une perte de lait allant jusqu'à 3,5 kg/jour.4 L'incapacité d'une vache à dissiper efficacement la chaleur compromet son aptitude à fonctionner normalement jusqu'à un niveau moléculaire.5

IMG-KANA-00530-1

L'impact du chrome sur le stress thermique

Les études suggèrent duq l'action de l'insuline est un élément clé de la réponse au stress thermique.7 Le chrome améliore la fonction de l'insuline et aide le glucose à atteindre les cellules.8 L'augmentation de la disponibilité et de l'utilisation du glucose peuvent avoir des avantages significatifs. La supplémentation en chrome minimise les effets négatifs de la réponse au stress par une diminution constante du cortisol sérique pendant les périodes de stress pour les bovins.10,11,12

Il a été prouvé que la supplémentation en chrome:

  • Augmente la sensibilité à l'insuline et l'utilisation du glucose8
  • Améliore la consommation de matière sèche chez les vaches soumises au stress thermique9
  • Améliore la consommation de matière sèche durant un stress thermique pour maintenir la production laitière9

L'impact sur la production de lait

L'impact du stress thermique

Le stress thermique est l'un des problèmes les plus coûteux pour les producteurs laitiers et a été constamment associé à:

  • Une réduction de l'ingestion de matière sèche5,6
  • Une altération du métabolisme5,6
  • Une réduction de la production de lait5,7
  • Une réduction de la performance reproductive5,6
  • Une augmentation des risques de maladie5,6

 

Des études, conçues pour tester l'effet du chrome sur la production laitière dans des conditions de stress thermique, ont montré que les vaches supplémentées en chrome absorbaient davantage de matière sèche et produisaient plus de lait que les vaches témoins.9

L'impact de la supplémentation en chrome sur la production de lait durant un stress thermique

Response in Daily Milk Yield and Dry Matter Intake During Heat Stress (FR)

Réaction en production de lait quotidienne, kg/tête/j et consommation de matière sèche, kg/tte/j en comparaison avec le groupe contrôle dans l'étude.
* Indique une différence significative par rapport au contrôle.

Graphique 1. Effet de la supplémentation en chrome dans l'alimentation des vaches laitières en lactation sur la réponse en production de lait quotidienne et en consommation de matière sèche, kg/tête/j dans des conditions de stress thermique.

La supplémentation en chrome améliore la performance en stress thermique

La supplémentation en chrome des vaches laitières dans les régimes pré-partum et post-partum a augmenté constamment la production de lait des vaches au début de la lactation. L'influence du chrome sur la production laitière a été attribuée à ses effets sur le métabolisme de l'énergie, qui se traduisent par une diminution de la mobilisation des acides gras non estérifiés du tissu adipeux et une sensibilité accrue à l'insuline. Une disponibilité et une utilisation accrues du glucose peuvent avoir des avantages importants pour la production de lait au cours e longues périodes de stress thermique, à différents stades de la lactation. Des études visant à tester l'effet du chrome sur la production laitière dans des conditions de stress thermique ont montré que les vaches supplémentées en chrome produisaient plus de lait que les vaches témoins.13


Littérature – le chrome et le stress thermique

KemTRACE Chromium Dairy Heat Stress One...
Evaluation of Chromium Propionate on Mi...
Literature Review: The Potential Benefi...
Impact of Heat Stress on Fertility in D...
Heat Stress and Heat Abatement Tips for...

Vidéos

Biologie du stress thermique : Gestion pratique et stratégies nutritionnelles (anglais seulement)

Il existe une variété de situations dans la vie d'un animal où l'utilisation des nutriments est redéfinie, passant d'un usage productif à un usage improductif. Deux exemples bien connus qui réduisent considérablement la production sont le stress thermique et la cétose. La diminution de la consommation d'aliments, constatée lors de ces deux maladies, ne peut expliquer entièrement les baisses de productivité. En outre, ces deux maladies se caractérisent par un bilan énergétique négatif, une perte de poids corporel, une inflammation et une stéatose hépatique. Bien que le métabolisme de la cétose et du stress thermique ait fait l'objet d'études approfondies au cours des 40 dernières années, l'insulte initiale dans la cascade d'événements qui réduisent finalement la productivité des vaches stressées par la chaleur et cétoniques n'a pas été identifiée. L'objectif de cette présentation est d'examiner les stratégies de gestion pratiques qui peuvent être utilisées pour aider à atténuer l'impact du stress thermique.


Effets du stress thermique sur la santé intestinale et les besoins en nutriments du système immunitaire (anglais seulement)

Le stress thermique et la cétose réduisent l'efficacité. La diminution de l'apport alimentaire constatée dans les deux situations ne peut expliquer entièrement la productivité sous-optimale. Le stress thermique et la cétose affectent des troupeaux de toutes tailles et presque toutes les régions laitières des États-Unis et du monde. Le Dr Baumgard émet l'hypothèse que l'origine étiologique commune de ces deux troubles métaboliques est le « syndrome d’intestin perméable ». Les fuites intestinales et l'infiltration d'endotoxines qui en résulte modifient la répartition des nutriments et sont un agent causal de la perturbation métabolique pendant le stress thermique et la cétose. L'identification des approches diététiques susceptibles d'améliorer le dysfonctionnement de la barrière intestinale est primordiale pour développer des stratégies nutritionnelles visant à améliorer la santé intestinale.

 

Références

1Fuquay et al., 1981. J. Anim. Sci. 52:164-174.
2Kadzere et al., 2002. Livest. Prod. Sci., 77(1):59-91.
3West et al., 2003. J. Dairy Sci. 86(6):2131-2144.
4St-Pierre, N. R. 2003. J. Dairy Sci. 86:E52-E77.
5Collier et al., 1982. J. Dairy Sci. 65:2213-2227.
6Collier, R. J., D. K. Beede, W. W. Thatcher, L. A. Israel, and C. J. Wilcox. 1982. J. Dairy Sci. 65(11):2213-2227.
7Bernabucci, U., N. Lacetera, L. H. Baumgard, R. P. Rhoads, B. Ronchi, and A. Nardone. 2010. Animal. 4(7):1167-1183.
8Wheelock, J. B., R. P. Rhoads, M. J. Vanbaale, S. R. Sanders, and L. H. Baumgard. 2010. J. Dairy Sci. 93:644-655.
9Mertz, W. 1992. Biol. Trace Elem. Res. 32:3-8.
10Kemin Internal Document, 15-00066.
11Chang, X., and D. N. Mowat. 1992. J. Anim. Sci. 70:559.
12Moonsie-Shageer, S., and D. N. Mowat. 1993. J. Anim. Sci. 71:232.
13Burton, J. L., B. J. Nonnecke, T. H. Elsasser, B. A. Mallard, W. Z. Yang, and D. N. Mowat. 1995b. Vet. Immunol. Immunopathol. 49:29.
14Kemin Internal Document, 14-00015.


Vous avez une question?

Si vous avez une question concernant nos produits et services ou si vous désirez davantage d’information, complétez le formulaire ci-dessous et un membre de notre équipe vous contactera.

Travaillons ensemble! Communiquez avec nous: Communiquer avec nous